Sexe désiré

Définition DSM IV du transsexualisme

Extrait de cours de "Audery GORIN", psychiatre hôpital Sanite-Marguerite, Marseille :

 

IDENTITE SEXUELLE  /  IDENTITE DE GENRE

 

Produit d’une identification, comment l’on se perçoit, perception de son propre statut masculin ou féminin.

L’orientation sexuelle de la personne souffrant de trouble de l’identité peut varier de la même façon qu’en population générale.

Le genre est enseigné depuis 2011 pour lutter contre l’homophobie et la transphobie et pour présenter les troubles de façon moins traumatisante.

 

LE GENRE EST CONSTRUCTION SOCIALE

Il y a différents cadres de lecture.

PAS D’HORMONES NI DE CHIRURGIE AVANT 18 ANS !

La transsexualité n’a rien à voir avec la sexualité c’est une question d’identité : par rapport au sexe biologique des homos bi et hétéro comme en population générale.

 

DEFINITION TRANSSEXUALISME O.M.S

  • Désir de vivre et d’être accepté en tant que personne appartenant au sexe opposé
  • S’accompagne habituellement d’un sentiment de malaise et d’inadaptation envers son propre sexe anatomique
  • Souhaite subir une intervention chirurgicale ou un traitement hormonal afin de rendre son corps aussi conforme que possible au sexe désiré.
  • Identité de type transsexuelle doit avoir été au moins présente d’une manière persistante pendant au moins 2 ans, ne pas être un autre symptôme (schizophrénie), ne pas être associée à une autre anomalie.
  • ATTENTION aux attentes irréalistes et aux réassignations qui se passent mal (opération Thaïlande)
  • ATTENTION « she male » pas transsexualisme (veulent des hormones mais pas d’opération ! très prisé dans la prostitution !)
  • Les hormones seules sont une demande fréquente !

Réglette : 0…………………………………………….10 (trans)

Entre les 2 tout un continuum

Pour des hommes biologiques qui ont un vécu au féminin c’est du travestisme pas transsexualisme

 

DSM IV

  1. Identification intense et persistante à l’autre sexe
  2. Sentiment persistant d’inconfort par rapport à son sexe et sentiment d’inadéquation par rapport à l’identité de genre correspondante (gender role)
  3. L’affection n’est pas concomitante d’une affection responsable d’un phénotype hermaphrodite
  4. Affection à l’origine d’une souffrance cliniquement significative ou d’une altération du fonctionnement social, professionnel et dans d’autres domaines importants
  5. Attention aux schizophrénies en demande de réassignation !