Toutes en Short ou la violence symbole

Bonjour !

Interpellée il y a quelques jours par le post d'un jeune femme qui a subi de la violence verbale à cause de sa tenue (un short en juin...), post qui va donner lieu à une action TOUTES EN SHORT le 25 juin à Toulon, je m'interroge encore et encore et me rappelle que dans les années 80 nos «accoutrements» d'adolescentes : punk avec la crète, vêtements très déchirés, Madonnesque avec des rosaires autour du cou, des collants en dentelle noir, de la provocation pure et dure, n'allons même pas aborder la mode gay de cette époque : garçons fardés, allure androgyne pour tous... Bref, il y en avait pour tous les goûts, pas toujours le meilleur et pourtant même si ça pouvait en excéder certains(nes), je ne me souviens pas d'avoir eu à plier pour une tenue «correcte» - parce - que - fille....

La jeunesse a de tout temps été dans quelques excès, on pouvait se croire à l'abri de la bien pensance qui revient pourtant au galop dès que l'on regarde ailleurs...

Pourquoi une fille en short dérange-t-elle ?

Pourquoi doit-elle imaginer des subterfuges pour rentrer en sécurité la nuit ?

Pourquoi ne pas couvrir le corps des garçons ?

Pourquoi les mêmes injonctions d'un autre âge concernant seulement les filles : «fais attention», «ne t'habille pas comme ça», «évite tel ou tel lieu», «sois accompagnée» et une liberté donnée sans contre partie apparente aux garçons ?

Il faudra encore et encore rappeler que nous avons le droit de nous vêtir comme bon nous semble dans l'espace public, que la rue appartient à TOUTES et tous, que l'éducation la plus élémentaire devrait revenir à l'esprit des garçons lorsqu'ils souhaitent attirer l'attention d'une fille... Non, on ne la siffle pas, on ne lui dit pas des propos orduriers...

Celles et ceux qui punissent une jeune femme car elle a le toupet de se mettre en short lorsqu'il fait 30 degrés devraient déjà se demander pourquoi ça les énerve autant, y aurait-il une pointe de jalousie, car sinon qu'est ce que celà peut il bien leur faire ?

Par contre rappeler encore et encore qu'en matière de liberté individuelle, la vigilance doit être constante, nous avons jeté les corsets, nous avons un temps brûlé les soutiens-gorge, nous avons choisi surtout de nous ré approprier notre corps et notre existence, si certains(nes) sont mal à l'aise avec celà, ils, elles  en ont le droit mais en silence.... Merci, bon moi le short c'est pas mon truc mais je serai là le 25 :)

à bientôt,

Sandra

 

Voir l'article de VAR MATIN

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau